Qui sommes-nous ?

Toute personne peut voir que notre planète est maltraitée (terres et mers surexploitées, déchets qui s'accumulent...) ce qui inquiète et incite à modifier nos habitudes de consommation parce que l'on peut craindre pour sa santé mais aussi parce qu'il faut préserver l'avenir de nos enfants et enfin par idéalisme : une société plus respectueuse de l'être humain et de la nature.

C'est un peu tout cela qui nous anime.

Nous pouvons influer par nos achats par exemple en optant pour une alimentation biologique (l'agriculture biologique ne polluant pas) ou bien par le commerce éthique qui nous permet d'influer bien au-delà de nos frontières et d'autres manières encore, pour peu que l'on soit informé et que nous puissions exercer notre choix.

D'autres causes se font plus discrètes car moins immédiatement visibles: à quoi peut-on attribuer certains problèmes de santé dont la fréquence va en augmentant ? Aux habitudes de vie et, pour une part au moins, aux produits chimiques même si cette affirmation est difficilement quantifiable. Les pesticides utilisés dans l'agriculture, même quand elle est dite raisonnée, y ont leur rôle (en savoir plus ici). Les produits chimiques peuvent être féroces et puis, pour la plupart, leur effets n'ont pas été étudiés ou n'ont pas encore des remplaçants satisfaisants (en savoir plus ici).

Des additifs comme les bisphénols ou les phtalates donnent aux plastiques des qualités de souplesse, les nitrosamines dans les jouets pour enfants (tétines, ballons gonflables), le formaldéhyde qui est un conservateur (présent partout), les éthers de glycol dans les peintures à l'eau (dispersion) et d'autres dans les colles, l'encre etc. Prenons l'éther de glycol : à la fois nephrotoxique (on le sait depuis 1943), hemo-toxique et perturbateur-endocrinien (soupçonné de détruire les membranes cellulaires). Le législateur a demandé aux industriels de la peinture d'en réduire la présence de 57% dans le produit fini avant 2010 pour répondre aux nouvelles normes européennes. Mais il faudrait prendre en considération les effets cumulatifs car ce produit est présent aussi dans les gels douches, les parfums, les produits nettoyants pour vitre (il s'agit là de produits non-bio) et les effets de ces substances présentes parfois en quantités infinitésimales mais qui s'associent en de véritables cocktails aux pouvoirs insoupçonnés (effet cocktail).

Quant-au Téflon (PFOA) sa production s'arrêtera en 2015, la production du PTFE, molécule de base du Téflon, se poursuivra... difficile de suivre.

Je vous invite à aller voir un rapport du Sénat ici.

Rassurez-vous on se préoccupe de notre santé. Au niveau européen, l'accord REACH (enRegistrement, Evaluation et Autorisation des substances Chimiques) vise à mieux contrôler l'utilisation de 30 000 molécules chimiques (sur 100 000 existants). Accords qui furent signés en juin 2007 et qui laissent aux industriels jusqu'à décembre 2008 pour établir la liste des produits à prendre en considération, une période de 10 ans étant nécessaire pour mener les études de dangerosité... L'objectif est d'interdire et d'obliger le remplacement des produits jugés dangereux mais comme tout texte doit être interprété (je cite) : «  Le but est d'abandonner ou remplacer (principe de substitution) les substances chimiques « extrêmement préoccupantes », si les intérêts socio-économiques du produit ne sont pas plus importants que la santé publique » (source : cliquer ici).

Ce texte est compréhensible mais quand même pas clair. En attendant que pouvons nous faire ? Rester vigilant quand nous faisons nos achats. 900 nouvelles molécules sont inventées tous les ans: cela ne facilite pas la tâche.

Il existe des produits qui ont fait leurs preuves depuis des siècles qui, de plus, lorsqu'on les fabrique, ne sont que peu ou pas polluants et qui, une fois chez vous, ne pollueront pas votre maison.

Notre but : trouver ces produits et les mettre à votre disposition.